jeudi 8 juin 2017

CHARLIE’S FRONTIER FUN TOWN – In dust we trust



CHARLIE’S FRONTIER FUN TOWN – In dust we trust
Bambane’s crew / KNT Music
7/10

Voilà une formation grenobloise qui sent bon le désert ; pas l’odeur du desert rock façon Kyuss mais plutôt la senteur des zones arides texanes comme l’illustre à merveille la pochette du second brûlot de Charlie’s Frontier Fun Town. « In Dust We Trust » peut se ranger dans la catégorie fourre-tout du rock stoner mais les influences sont multiples et donne au disque une richesse musicale impressionnante. Les bottes chaussées, le stetson vissé sur la tête, nous voici donc partis pour un road trip à bord d’un pick up chargé d’armes et de bourbon.


 Cfft distille un pot (pas) pourri de southern metal crasseux aux notes herbacées de hard rock et de grunge. Ça sent le cactus, ça pique, ça groove et c’est bon. La virée commence avec le titre de l’album et son intro tirée du film « 31 » de Rob Zombie. Le ton est donné. Les titres d’une grande variété, s’enchainent avec des riffs lourd et sales, des solos dignes des plus grands. Le chanteur n’est pas en reste et offre une palette de vocalises alternant entre chants virils ravageurs et envolées lyriques (Hell seeds, Fossil ) moins agréables par moment.

On trouve donc sur le passage des morceaux plus rapides ( Wildheart , Bloodroad ) d’autres lents ( life ) voire pesant ( Endless Way, le plus sludge de l’album).

« Bottle’s curse » vient sectionner la galette en deux. Morceau parmi les plus riches avec ces petits passages lents un peu sombres (Album The Great Southern Trendkill/Pantera), chant révolté viscéral, et rythme qui s’enflamme en fin de parcours.

Imminent Failure aux sonorités très hard rock ( intro Ugly Kid Joe et cloche à la g’n’r) et Drunk over Tail

  Le voyage s’achève en beauté avec Back In Time, excellente balade énervée avec une intro qui n’est pas sans rappeler Alice in Chains.


On est rincé, plein de sable mais heureux. Reste à retrouver l’âme de ce cher philip Anselmo, entre autres, qui plane sur ce disque, afin de siffler une canette au fond d’un rad pourrave.

Une chronique de RVR





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :