lundi 1 mai 2017

Kévin d'Intenable A -T'il Bon Goût ?

Intenable vient juste de sortir 4ème Mur, du punkrock chanté en français qui révèle des morceaux accrocheurs, mélodiques avec une écriture fine et précise. Rencontre avec Kévin, chanteur et guitariste du groupe.



Ton groupe culte ?


Culte, c’est un peu fort comme mot et ça a une connotation religieuse. Mon amour pour la musique est censé, lui ! Je crois que le premier groupe qui m’a troublé est Deftones avec l’album Adrenaline que mon grand frère m’a prêté quand j’avais 12 ou 13 ans. Au début, j’ai trouvé l’ambiance hyper dérangeante et malsaine, j’avais l’impression de détester, mais je ressentais le besoin de le réécouter plusieurs fois par jour. J’ai fini par l’adorer et 15 ans plus tard, je l’écoute avec la même émotion. Sans dire que c’est mon groupe préféré de tous les temps, je dirai Deftones pour le symbole personnel.




L'album que tu as le plus écouté ?

Je pense que c’est White Crosses de Against me. Pendant 4 ou 5 ans, il m’a accompagné partout, au taf, en tournée, en soirée, en voyage... Beaucoup de fans du groupe détestent cet album parce que le son est plus grandiloquent, moins crade, moins « punk » que les autres. Il a été reçu comme un objet trop ambitieux voire prétentieux. Je peux comprendre mais peu importe, il me touche à fond et ça n’a pas besoin de justification.



La plus belle pochette de disque ?

Une pochette qui me fait bien scotcher est celle de Minuscule lives de One Thousand Direction. Elle a été dessinée par un mec qui s’appelle Quentin, membre du collectif Super Terrain, que j’ai d’ailleurs contacté pour notre dernier album Quatrième mur mais il n’était pas dispo. Ce qu’il fait est abstrait mais sacrément hypnotique. A noter que la pochette de Distances, l’album de Heavy Heart dans lequel joue Lylian (guitariste de feu One Thousand Direction), me plait beaucoup aussi.



Ton film culte ?

Culte, c’est un peu fort comme mot et ça a une connotation religieuse… Blague. Rire. Il y en a des tonnes, c’est frustrant de donner une réponse à ça. Chaque film peut te marquer pour une raison différente, dans un contexte différent… Disons que tout de suite, je pense au film Morse de Tomas Alfredson parce que j’en ai parlé récemment et que c’est le meilleur film que j’ai vu dans le genre. C’est suédois, ça touche au cinéma d’horreur, au drame, au film social... C’est visuellement très beau, ça joue parfaitement et j’ai adoré l’interaction entre les 2 gamins.



Le meilleur réalisateur ?
Gaspard Noé, entre autres parce qu’il a fait le seul vrai film d’amour que j’ai vu, Love. En sortant de la salle je me suis dit que c’était la première fois qu’un(e) cinéaste abordait le sujet avec autant de justesse, sans détours frileux. Dans ce film, il fait plein de références subtiles à ses précédents : Seul contre tous, Irréversible, Enter the void... Quand on connaît bien le type, on a l’impression qu’il s’adresse à nous, c’est cool. 



Acteur et actrice préférés ?

J’aime beaucoup le choix que certains réalisateurs font de solliciter des acteurs amateurs, des gens « normaux » dont la vie est en rapport avec le contexte du film par leur origine, leur travail, leur accent, etc. Bruno Dumont a fait ça dans la série P’tit Quinquin par exemple. Ça doit être casse-gueule mais quand ça fonctionne aussi bien, l’impact est décuplé. Bernard Pruvost, qui joue le rôle du commissaire dans cette série, est rentré dans ma top liste direct !



Ton endroit (pays, ville, lieu) préféré ?

Je me sens vraiment bien dans un endroit à la seule condition que j’y sois de passage. J’ai l’impression de ne profiter d’un endroit que quand j’y suis pour une durée déterminée. A l’inverse, être sédentaire, ce que je suis à 90% du temps, me déprime. C’est pour cette raison entre autres que j’aime tourner. Et puis on a souvent envie de ce qu’on a pas. J’habite à Paris depuis 3 ans bientôt et mon endroit préféré en ce moment ressemblerait plutôt à une maison isolée, avec le jardin le plus vert possible, la mer et la montagne pas loin. J’ai trouvé en fait, c’est le pays basque !



Ton roman ou écrivain de prédilection ?

Pour être original, Voyage au bout de la nuit de Céline. Je ne parle que de ce livre parce que je n’ai pas accroché au reste de son œuvre. Le type était infâme, de mauvaise foi, mythomane (lui-même disait « une biographie, ça s’invente ! »), mais j’ai jamais lu un roman écrit avec autant de style et d’ambiguïté, c’est à la fois dégueulasse et magnifique. Il était précurseur et avait l’art de résumer 4 pages en une phrase percutante, poétique et qui fait sens tout de suite. C’est ce que maintenant on appelle une punchline en fait, d’où le rapprochement à peine exagéré que certains journalistes vaseux font entre Booba (que j’aime néanmoins) et Céline.



Ton rituel avant concert ?

Je ne suis pas superstitieux donc rien de bien mystique. En général, je prends quelques minutes pour me changer, échanger des puérilités avec Clem et Antho, emmerder Clem en lui disant de changer de t-shirt, emmerder Antho en lui disant que c’est une mante religieuse, ça me détend pas mal.

Si tu devais créer un groupe avec tes musiciens préférés tu prendrais qui à quel instrument ?

Un groupe qui roule bien, j’imagine que c’est surtout une question d’interaction et d’équilibre. Il suffit pas d’enfermer 4 musiciens talentueux dans une salle de répét pour fabriquer un groupe génial. C’est comme en amour, on peut être le pire coup d’une personne et le meilleur d’une autre. Pour répondre un truc un peu cohérent la question, j’ai vu Dead to me au Fest à Gainsville en novembre dernier, avec pour la première fois Jack, guitariste chanteur qui avait déserté et qui est revenu dans le groupe. Sa voix et son jeu sont excellents et il a une grosse prestance naturelle. Il a aussi fait de Swingin Utters, qu’il a intégré depuis l’avant dernier album, un des groupes que j’ai le plus écouté ces 2 dernières années. Il serait donc forcément dans mon all-star band 2017.



Le meilleur nom de groupe que tu aies entendu ?

Dernièrement, on a joué dans le sud-ouest avec un nouveau groupe de potes qui s’appelle Vegan Pirhana, dur de trouver un nom plus efficace ! Par contre, il est de circonstance de mentionner le pire nom de groupe du monde : « Mon autre groupe ». Quand t’as 2 groupes ou plus, c’est un calvaire. J’ai lancé une pétition pour qu’ils changent de nom mais pour l’instant y a que ma signature…




L’objet le plus inutile que tu possèdes ?


Je suis une personne instable qui déménage tous les 2 ans, voire tous les ans. Je me déplace donc avec l’essentiel et fait le tri régulièrement. Mes objets inutiles remplissent les placards de chez mes parents en Gironde et ça rend mon adorable mère furieuse. Dans le tas, il doit rester une cassette VHS de Yamakasi. Ça fait l’affaire non ?  






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis :