mercredi 30 décembre 2015

Les tops 5 de 2015

Ça y 'est la fin de l'année est arrivée. L'heure des bilans aussi avec cet exercice particulièrement délicat des top 5 mis en place depuis quelques années.

Cette année, comme les précédentes, les top 5 sont axés sur des albums punkrock ou associés.




Top 5 albums français

dimanche 27 décembre 2015

Les Tops 5 de Mr Caribou

Alors qu'il coule de belles vacances en Guadeloupe à se dorer sur les plages et se baigner dans des piscines de Rhum, Mr Caribou, chroniqueur émérite et bénévole des Rêveries spécialisé en indie pop et chroniques impossibles à réaliser, vient de nous faire parvenir ses Top 5 2015.



Albums 2015 : 

mercredi 23 décembre 2015

Kabak - Avu


Kabak - Avu
whoreshipping dead cows
5/10

Kabak, joli palindrome pour désigner ce groupe Suisse de Fribourg à ne pas confondre avec la merveilleuse Freiburg en Allemagne. Les quatre membre de Kabak viennent de Nihil, Lysergic Sunshine et Favez, c'est d'ailleurs ce dernier groupe qui m'a donné envie d'écouter ce nouveau groupe helvète. Favez est un énorme groupe méconnu qui a sorti des albums extraordinaires ( Old and strong in the modern times ou bien From Lausanne, Switzerland). On retrouve donc Frédéric à la batterie qui officiait au même poste et qui envoyait sévère pour peser mes mots.

Première chose, j'aime beaucoup l'artwork d'une sobriété exemplaire ainsi que ce joli logo simple, donc parfait !

Musicalement quand ça démarre c'est plutôt bien fait avec une belle ambiance et un petit synthé qui trouve sa place. J'aime aussi la guitare un peu aérienne. Par contre quand le chant arrive c'est la douche froide... Je dois avouer, hélas, que je n'adhère pas du tout à la façon de chanter de Gilles.

 Le chant en français est, je pense, important pour les suisses qui souhaitent mettre ne avant leur spécificité linguistique, c'est le cas aussi pour les québécois, mais les sonorités ne rendent parfois pas hommage aux textes et c'est le cas ici. Un chant en anglais aurait certainement mieux rendu mais la façon dont le chant est posé me dérange aussi fortement et ne s'accorde pas, à mon goût, à la musique. Car les morceaux, si l'on fait abstraction du chant, sont plutôt frais et plaisants rappelant quelques groupes de rock indé et des sonorités américaines faisant voyager et créant une belle atmosphère (pantois).


Morceau préféré :  Marais
  





Like Pigs On Embers - silent



Like Pigs On Embers - silent
Autoproduction

Je vais annoncer la couleur tout de suite Like Pigs On Embers (comme des porcs sur les braises en français) est un groupe de crust. Je ne suis pas spécialiste de crust, pas très fan non plus, une écoute raisonnée me suffit. Les choses sont désormais claires concernant la qualité de cette chronique.
LPOE vient de Vendée et Silent est le premier album après avoir sorti un Ep éponyme en 2014.
Avec une qualité de son assez moyen LPOE envoie grave le pâté, ne se contentant pas juste de bourriner tête baissée comme tous les clichés du style mais avec un peu plus de subtilité (Crown on thornz très Judoboy ou  NFD/LIfe qui conclue l'album) ce qui fait que sur ces 9 morceaux je passe au final un bon moment.
L'ambiance, que ce soit sur la pochette, le clip ou à travers la musique, transpire un univers lourd et pesant. On sent le groupe possédé et cela se transmet par une musique pas si brute qu'elle n'y paraît à la première écoute, notamment sur Silent, titre long à se mettre ne place et qui finit dans la fureur.
En si peu de temps accordé à chaque morceau LPOE arrive a créer une ambiance propre et prenante que j'apprécie. Reste ce son trop étouffé qui vraiment manque de puissance mais me rappelle pas mal de productions du genre que j'ai pu écouter aupravant.

Cela dit au passage je viens de voir qu'ils sont passés au café Latin à Angers et je dois avouer que je regrette ne pas y être allé ce jour là car dans la cave de ce rade ça devait être vraiment très bon.








samedi 19 décembre 2015

H2O - Use your voice


H2O - Use your voice
Bridge 9 records
8/10
Sous un artwork qui n'est pas sans rappeler Banksy H2O signe son retour. Le dernier opus en date étant une très sympathique compilation de  reprises de groupes ayant influencé le combo new yorkais (don't forget your roots - 2011), le dernier album est quant à lui ni plus ni moins que le fabuleux Nothing To Prove sorti en...2008.
Du temps est passé depuis et refaire un aussi bon album tenait tout simplement de l'impossible surtout à la vue de la liste de featurings alors H2O a décidé de repartir sur un album plus classique dans la veine de ce que faisait le groupe à l'époque de FTTW, c'est à dire plus punk qu'hardcore le tout avec des paroles positives. Et sur ce registre Use your voice sans être l'album de l'année se révèle très agréable en envoyant de bons morceaux Skate, True Romance, un morceau très pop sur le refrain où Toby Morse rend hommage à sa femme qui le supporte depuis X années. Au final les 11 morceaux passent très vite, pas plus de 21 minutes pour un album qui au final ressemble plus à un EP mais qui permettra aussi de noter le départ du groupe du frangin Todd Morse.


Les fans d'H2O se retrouveront donc dans cet album court mais efficace.

Can I Say ? records fête Noël

Pour cette fin d'année Can I Say Records vient de mettre en téléchargement à prix libre une compile super sympa : La christmas comp

On retrouve du beau monde avec notamment Poésie Zéro, Homesick, Fortune Cookie Club, Justin(e), Trouble Everyday...





lundi 14 décembre 2015

Clip - Daria

Et un autre clip avec les angevins de Daria et le morceau Margins qui sera sur l'album Impossible Colours dont la sortie est prévue le 26 janvier.



Clip - Scarecrow - All, Now

Je suis complètement passé à coté de Scarecrow qui a pourtant sorti en 2013 un album très novateur et puissant mélodiquement.

 Session de rattrapage avec le clip  de All, Now issu de Devil & Crossroads





samedi 12 décembre 2015

Fortune Cookie Club - L'autre


Fortune Cookie Club - L'autre
8/10
C'est en première partie de Maladroit que j'avais découvert Fortune Cookie Club. Un groupe généreux et sympa venu de Montréal au Québec, je me rappelle le concert dans une salle minuscule avec la bonne ambiance qu'ils avaient instaurée et coté musique c'était une très bonne découverte. J'avais d'ailleurs craqué sur leur album (L'histoire c'est maintenant) dans la foulée.

Deux ans après arrive donc L'autre, un album aussi réussi qui rappelle évidemment une nouvelle fois les Vulgaire Machins, il sera d'ailleurs très difficile de ne pas comparer les deux groupes, ils jouent le même style, chantent en français de superbes textes. La comparaison les gênera peut-être mais force est de constater que Fortune Cookie Club est le digne héritier des Vulgaire Machins.

Noé Talbot avec lequel j'avais eu la chance de discuter un peu sur le trottoir à la fin du concert est, au delà du fait d'être un type super sympa, un parolier talentueux. Et sur les douze morceaux de l'autre on découvre de jolis textes comme Prière #1 ou #womenagainstfeminismc'estdelamerde. Et cet album mérite vraiment son lot d'écoutes mais aussi de lecture des paroles pour bien l'apprécier.

Les morceaux allient punkrock, énergie et textes bien pensés, un bon mélange plus remuant que sur le précédent album. Par contre je suis déçu par le son de cet album et notamment de la voix qui ne rend pas bien et fait un peu cheap dans son traitement. Je suis aussi moins fan de certains morceaux comme Grosse Barbe, Sans veste avec frites pour lequel je ne comprend pas trop la structure en deux parties... Mais bon passons.

L'autre est donc un bon album qui conforte Fortune Cookie Club comme un très bon groupe de punk qui chante en français et écrit de beaux titres que ce soit musicalement ou au niveau des textes.

Morceau préféré :  ACADB (all cops are douchbags)








mercredi 9 décembre 2015

Playlist de Décembre

Aujourd'hui arrive la dernière playlist de 2015 avec deux morceaux marquants de cette fin d'année qui vont mettre un peu de chaleur dans ce début d'hiver...





samedi 5 décembre 2015

Anti-Flag - live acoustic at 11th street records


Anti-Flag - live acoustic at 11th street records


Surprenant petit live acoustique enregistré par le groupe de Pittsburg, ce 9 titres vient de me redonner du plaisir à les écouter. La playlist est très bien choisie avec des titres forts et marquants de la carrière du groupe, Turncoat, This is the end ou encore Brandenburg gate

Les morceaux en acoustique sonnent plutôt bien, gardant leur énergie tout en apportant une vraie fraîcheur. Les interventions entre chaque titre sont plaisantes et j'en regrette du coup sa durée hélas trop courte même si on avoisine tout de même les 35 minutes.

A écouter donc avec curiosité.

mardi 1 décembre 2015

Claire de Stinky A T'elle Bon Goût ?


Ah que ça fait du bien de voir une fille dans cette rubrique ! Et pourtant ce n'est pas faute d'avoir démarché, mais les filles dans le milieu sont assez rares et semblent au final assez timides. Toujours est-il que Claire, chanteuse de Stinky, qui vient de sortir l'un des albums les plus percutants de l'année s'est prêtée au jeu du questionnaire traditionnel, le dernier de 2015, et ça c'est une très bonne nouvelle en cette fin d'année pas très gaie.

mercredi 25 novembre 2015

This Life - stories of the year (ep)



This Life - stories of the year (ep)
Delete Your Favorite Records // Fingers Out Records // Never Trust An Asshole // KROD Records

Lies about the truth, le premier album des toulousains avait marqué les esprits en 2103 soit un an après la création du groupe. Ils étaient donc attendus au tournant et après un changement de line-up l'an passé la venue de ce petit EP vient à point nommé.

Alors seulement 6 titres, c'est court mais suffisant pour se donner une bonne idée de This Life version 2015. Et le groupe se veut toujours aussi incisif quand il s'agit d'envoyer du son, du bon hardcore moderne rapide et bien envoyé (Fourteen Teeth) qui rappelle évidemment les canons du genre à savoir Comeback Kid ou Nine Eleven. Mais les 5 toulousains évoluent aussi vers des choses plus émo avec des passages plus lents plus mélodiques et des parties chantées et non gueulées. Perso j'aime bien  et je trouve ça assez plaisant même si cela rappelle de nombreux autres groupes. L'EP se termine avec une version acoustique de Who Order Who, un morceau présent sur le premier album  en version distorsion.

Un EP plaisant qui permet d'inaugurer le nouveau Line-up des toulousains. A écouet sans modération.





samedi 21 novembre 2015

Happening - In the middle of the seas


Happening - In the middle of the seas
autoproduction
9/10
Il y a deux ans Happening sortait son premier ep, Birth qui nous avait permis de connaître ce trio d'Aix les bains formé notamment de membres d'Arteries Shaking.

L'étape de l'album est aujourd'hui arrivée et force est de constater qu'In the middle of the seas est une sacrée surprise, non pas que je ne soupçonnais pas le potentiel mais que cet album impose, grâce a un son irréprochable, une puissance et une maitrise impressionnantes, surtout pour un premier opus.
Baignant dans un registre post punk noise Happening me rappelle aussi quelque part Meredith pour sa faculté à construire de beaux titres aux mélodies recherchées et pas évidentes.
J'apprécie la voix éraillée qui amène de la rudesse aux titres, j'aime aussi beaucoup la batterie puissante au jeu varié qui est un élément fort du groupe à l'instar de la basse très présente. La production est bien dosée avec un très gros son moderne.

D'un point de vue morceaux, Galilée est un des titres phares, très représentatif qui emmène mélodie, puissance, grosse rythmique stoner. In the Middle of the seas est aussi un très bon titre tout comme Ghost qui part ses mélanges résume bien aussi cet album.

Du coté esthétique je suis moins fan de la pochette que j'aurais vue plus percutante et plus marquée, histoire d'ancrer aussi cet album visuellement. Le nom du groupe se devine mais pas évident à lire.

Un premier album impressionnant, un gros coup de coeur qui promet de belles choses en concert et pour l'avenir.


Morceau préféré :  Galilée







mercredi 18 novembre 2015

BoySetsFire - s/t



BoySetsFire - s/t
End Hits Records / Bridge 9 rds
8.5/10
J'avais presque oublié qu'il y a deux ans Boysetsfire était sorti de sa pause pour sortir un bon album (while a nation sleeps ) renouant avec son glorieux passé. Celui-ci, sans titre, est sa suite logique.


Gardant la même structure qu'After The Eulogy, qui au passage fête ici ses 15 ans... Un album magistral qui aura laissé son empreinte dans le registre émocore tant prisé dans le début des années 2000.  Boysetsfire revient donc avec les mêmes bases et la même structure en alternant des morceaux énergiques et violents et d'autres plus mélodiques et intenses.

Le début de cet album éponyme est d'ailleurs une belle réussite avec des titres très bons comme le puissant Savage Blood qui démarre très fort et se pose sur la fin. Le second morceau, Cutting room floor, rappelle au bon souvenir de la décennie précédente en proposant un titre mélodique mais possédé emmené par la voix singulière et magique de Nathan Gray. Les morceaux se suivent, parfois moins intéressant, Don't panic, par exemple, avec son refrain un peu lourd ou The filth is rising, bourrin mais confus. Cependant l'album retient en lui en quelques jolis morceaux Ordinary lives, One match, certes calibré pour plaire mais vraiment efficace, ou torches to paradise parfait pour rappeler quelques grands morceaux écrits dans le passé.

A nouveau un bel album pour le groupe de Philadelphie et même si certains titres sont moins pertinents il n'en demeure pas moins un fin mélange de mélodies et de rage le tout enveloppé par un grand talent d'écriture.

Morceau préféré :  Breathe In, Breathe Out




mercredi 11 novembre 2015

Meltdown - Boobs are for heroes



Meltdown - Boobs are for heroes
Kreativ Klam / Suisa
9/10
J'ai posté il y a quelques semaines un clip de Meltdown qui servait de préambule à cet album, un très bon morceau bien mis en image.

L'album vient quant à lui tout juste d'arriver et je dois dire que pour un premier il est vraiment bien soigné. L'artwork est superbe et signé Mat St-Amour qui a fait un travail terrible, j'adore les comics et là, évidemment, j'accroche direct. Le livret est dans le même esprit avec la typo qui va avec. Un très bon point pour commencer. Par contre il y a un truc qui me pique les yeux de façon très très violente c'est la collection de sponsors qui s'accumulent à l'intérieur. Que ce soit Peavey, Sabian pour n'en citer que deux parmi les 12, ça me fait mal de voir des marques dans un album de musique qui plus est de rock au sens large, aussi sympas soient-elles. Je pense qu'en 2015 on peut sortir un album sans avoir 12 sponsors à l'intérieur pour faire leur promo...

Partons sur la musique et les 11 titres qui composent ce premier opus. Première chose, Meltdown est un groupe bien couillu parce que pour placer un titre qui approche les 8 minutes en ouverture (Tales of the intergalactic sandwiches) il faut être sûr d'accrocher le chaland. Mais ce morceau est bon et place une atmosphère plaisante avec des paroles rigolotes et surtout une rythmique entraînante. Le chant est poussé et rappelle quelques formations hardcore.

Il va être d'ailleurs peu évident de classer Meltdown car les Suisses mélangent beaucoup de choses, on pourrait donc parler de fusion entre du punk, un peu de hardcore, du groove et des éléments de métal. Un gros fouillis peut-être mais qui tient bien la route car les titres qui se succèdent évoluent déjà dans des durées plus raisonnables (3-4minutes) et balancent énormément de groove notamment grâce à des lignes de basse très sympas et un chant super varié. Il suffit d'écouter Foolish Soul pour se rendre compte du groove et de la fusion des influences du groupe ainsi que la variété dans son panel. J'ai d'ailleurs parfois l'impression d'entendre du Downset du Shootyz Groove voir même du Suicidal Tendencies.
Au fur et à mesure de l'avancée des titres je me rends compte qu'il n'existe pas, ou plutôt, plus, de groupes comme celui-ci qui mélangent beaucoup de choses mais en le faisant bien... Et cette écoute est vraiment agréable et touchera je pense un spectre très large de personnes.

Boobs are for heroes est un album très original, parfait mélange entre punk, hardcore, métal et groove. Avec l'énergie qu'il dégage sur disque Meltdown promet de belles choses en concert.

Morceau préféré :  Foolish Soul




Invité dans Kill Moss Stars

J'ai eu l'honneur d'être invité dans le webzine Kill Moss Stars pour une interview clin d’œil à A T'Il Bon Goût. Un petit exercice sympa qui a pu me permettre de comprendre la difficulté, mais aussi le plaisir de répondre à ce questionnaire.

Merci donc à Clémence pour cette invitation !


vendredi 6 novembre 2015

Playlist de Novembre


4 groupes pour 4 morceaux ce mois -ci.
en écoute sur bandcamp : ici




mercredi 4 novembre 2015

dimanche 1 novembre 2015

Sid de Delete Your Favorite Records a t'il bon goût ?

Ancien manager des Uncommonmenfrommars puis chargé de promo chez Kicking Records,  Sid est à la tête de Delete Your Favorite Records, un label qu'on retrouve régulièrement en lisant Les Rêveries. On y retrouve une belle collection de groupes de qualité (Not Scientists,Stinky, Water Mane...), et c'est notamment une raison pour savoir si le bonhomme a bon goût !



Ton groupe culte

Sans hésiter : The cure. Le seul groupe dont j'ai été fan inconditionnel pendant mon adolescence au milieu des 80's. Même si ce groupe n'a quasiment plus rien fait de bon depuis 25 ans, mais ça je ne l'avouerai jamais même sous la torture !

Maladroit - Freedom Fries and freedom kisses


Maladroit - Freedom Fries and freedom kisses
Guerilla Asso
8.5/10
C'est marrant car la semaine dernière je réécoutais ce fantastique groupe de Hip hop qu'est Assassin et lorsque, dans l'homicide volontaire, Rockin Squat chantait : "Il faut arrêter l'émancipation des chansons à thèmes traitant des réalités mettant en danger le système, vraiment, je ne pense pas qu'une chanson pourra changer la condition des Hommes...". J'ai eu curieusement une pensée pour Maladroit.
Car Maladroit a compris le message et opté pour le coté déconne, le coté futile assumé, des chansons, des textes qui ne font de mal à personne. Maladroit c'est le groupe cool par excellence qui s'évertue depuis quelques années désormais à prodiguer du punkrock mélo sirupeux et déconneur.
Ce nouvel album, le deuxième en fait, regorge de morceaux aux titres plus qu'équivoques : She hates Foo Fighters Too, You are my han Solo, Run Like Tom Cruise... soit quelques références multiculturelles que les groupes américains, en général, aiment aussi citer.

Avant de se jeter sur Maladroit il faut rentrer dans le concept. Les choses plus sérieuses sont réservées aux groupes dont les membres sont issus : Guerilla Poubelle et Dead Pop Club. On sait que les mecs sont fans de SF, de jolies filles et de mini golf et Freedom Fries compte bien nous le rappeler. En tous cas pour les deux premiers points.
Et autant dire rapidement qu'il se déguste et s'écoute en boucle car malgré 13 titres il ne fait que 23 minutes... Mais durant ce court laps de temps on a le droit à une bonne décharge de titres accrocheurs à souhait et ça commence directement par She Hates FF too, sur une rythmique à la Ramones. J'apprécie, comme sur le précédent album et les eps, l'alternance des deux chants d'Olivieret Till mais je regrette tout de même un titre à l'image d'Un concert à l'appart et son alternance Français / anglais qui était tout simplement géniale.
L'album est donc plein d'excellents titres I missed the first band met notamment en avant le talent de song writing du groupe qui toujours autant intéressant sur ce genre de titre en mid tempo. D'ailleurs à ce titre The Hitler of pop punk love songs est un super titre, parfois un peu barré mais très bon. Peut être moins fan de Jennifer Lawrence, trop sucré à mon goût même si j'apprécie la power pop de Weezer, dont ce titre se rapproche beaucoup.

Vous l'aurez compris, on prendra Maladroit comme il est, comme un side-project de défoulement qui commence à se faire son petit bonhomme de chemin. Le coté pop punk est revendiqué et assumé avec des textes très second degré. Moi j'adore.

Morceau préféré :  The Hitler of pop punk love songs 



samedi 31 octobre 2015

Kyst - S/t (ep)



Kyst - S/t (ep)
Autoproduction
Kyst un nom qui prononcé hors explications n'entraîne pas forcément des sentiments ragoutants. Ici Kyst est l'anagramme de Kill Your Society Today, un nom très utopique du coup et plus en adéquation avec le contexte punkrock. On a donc à faire à un quintet de Lorient. Il commence à y avoir une petite scène sympa qui se crée du cotés des merlus. Le chant est féminin, c'est assez rare pour qu'on le signale. 
Ce petit EP est composé de 3 titres ce qui est très court et insuffisant pour se donner une idée du groupe sachant qu'il y a un titre en anglais (Kyst) très bon, dans un registre punk aux sonorités métal qui pourrait faire un peu pense  à The Burning Lady de Rennes. Egalité me parle moins, pas le sujet, car l'égalité des sexes nous concerne tous mais bon... Chanté en français ça sonne mal et les riffs sont pas top et on sent que la voix se force à coller dessus. Pour Morues, je n'ai pas compris le thème, ça doit être un club sportif (roller derby ?) malgré les guitares incisives, le chant cloche encore, et je suis même sûr qu'en anglais ça tabasserait sévère.

En bilan je dirais donc que si le groupe chantait en anglais ça sonnerait nettement mieux à mon humble avis.


mercredi 28 octobre 2015

Toxxic Tv - here and now


Toxxic Tv - here and now
autoproduction
7/10
La découverte de cet album est un petit bond dans le passé pour moi. L'époque Dialektik Records, les Zabriskie Point, Yalateff, les Partisans... pas mal de groupes qui chantaient en français, et d'autres super, aussi, en anglais Nra, Dead End, Protex Blue... Et puis un groupe à part sur le label, un pont entre les deux types de groupes : Toxxic TV. Avec un nom très punk et un univers musical très vaste les nantais aimaient avant tout les mélodies et savaient croiser ses chanteurs aux voix très différentes. A ce titre 111, sorti en 1999 est excellent avec de super titres et des influences tellement variées.

Here & Now arrive après une break de 14 ans et fait suite à l'album welcome to utopia, très moyen au demeurant et marqué par le départ du guitariste et chanteur à la voix très singulière.

Here & now n'est pas exempt de défauts avec des passages bancals parfois (sur situations ou Night Wandering par exemple) mais avec une fraîcheur toujours aussi intacte et des plans très bien trouvés. On retrouve par moments ce qui plaisait dans 111, et, sans être péjoratif, le coté un peu amateur des Toxxic avec des plans à l'ancienne fait un bien fou dans une scène où les groupes ont souvent un son de malade, balancent un punkrock moderne. J'apprécie en ce sens particulièrement Billy Costigan,(personnage des infiltrés de Scorcese)  un titre nerveux, instinctif et représentatif de ce qu'est au final le groupe.

Au final cet album ne fait que confirmer la bonne image que j'ai de ce groupe, du capital sympathie qu'il inspire. 12 titres de qualité inégale mais tous intéressants parfois juste sur certains riffs, certains refrains mais quand ça prend c'est très bon.

Morceau préféré :  Billy Costigan 




Au passage l'album est à prix libre sur bandcamp...


vendredi 23 octobre 2015

Topsy Turvy's - I expect nothing and I'ml still let down (ep)


Topsy Turvy's - I expect nothing and I'ml still let down (ep)
Krod Prod

Nouvel EP pour les Topsy. J'apprécie ce groupe malgré le fait que je puisse leur reprocher souvent leur coté trop pop. Mais petit à petit à force d'Eps, de splits et de concerts le groupe commence à s'incruster pleinement dans la scène punkrock nationale. Et je dois avouer que ce dernier EP m'a plu car il associe énergie, fraîcheur et un grand sens de la mélodie. Dans le registre punk très mélodique les Topsy Turvy's sont même très bons et savent maintenant très bien maîtriser les chœurs, les deux voix (masculine et féminine) qui apportent d'ailleurs une vraie touche originale au groupe. Même si parfois ça lorgne un peu du coté de la clique Blink182 (l'intro de right or wrong) ou de Angel & Airwaves (Escape) le groupe poitevin a vraiment progressé et commence vraiment à imposer son style de belle manière.

Six titres seulement et ça s'écoute tellement bien qu'un goût de trop peu arrive rapidement. En attendant la suite une grosse tournée est en route, je vous laisse checker les dates pour ne pas les rater.




mardi 20 octobre 2015

Stinky - Against wind and tide



Stinky - Against wind and tide
Delete your Favorite Records / Riot Bike Records
9.5/10
On va gagner du temps en annonçant tout de suite que cet album est une grosse tuerie.
Voilà ça y 'est le suspens est mort.

Stinky est un groupe de Clisson, près de Nantes, et joue depuis 2010. Auparavant le groupe s'appelait Stinky Bollocks, le changement de nom coïncide aussi avec l'arrivée de Claire au chant.
Au total le groupe a sorti 3 EPs en 3 ans et voici donc le premier album. Pour la petite histoire le groupe a aussi participé au Hellfest en 2014, Clisson peut être, diront certains, mais à l'écoute de ce que fait le groupe c'est amplement mérité.

D'un point de vue visuel, le navire et le coté noir et blanc rappellent évidemment Nine Eleven et Le rêve de Cassandre. J'ai d'ailleurs reçu le même genre de claque en écoutant against wind and tide qu'en écoutant City Of Quartz des Manceaux. Les deux groupes d'un point de vue musical sont assez proches, ça se ressent sur certains titres, Let The Way Count par exemple avec un mélange de hardcore moderne qui tire sur des mélodies et puis dans le traitement du chant on sent des ressemblances.
La grosse référence est aussi bien entendu Comeback Kid et des titres comme Unstoppable me font penser à d'excellent titres de Broadcasting et même Die Knowing et puis il y a une référence aussi que je retrouve c'est Raised Fist pour le coté moderne hardcore avec le rythme très soutenu et des lignes de guitares par dessus. Le chant aussi m'y fait penser comme sur Kami et surtout sur Perspectives et son refrain au débit saccadé comme sait le faire Alle Hagman. Et j'adore Raised Fist...

Au final cet album est une sacré bombe, qui plus est pour un premier. Dans un style rappelant Nine Eleven, Comeback Kid et Raised Fist le quintet de Clisson balance son modern-hardcore avec une énergie débordante et une efficacité redoutable. Le son est juste excellent avec une batterie qui claque à la perfection. Une très grosse surprise et un album indispensable.




mercredi 14 octobre 2015

Fire Walks With Me - A Tribute To Burning Heads


Fire Walks With Me - A Tribute To Burning Heads
Kicking Records - PP&M - Buzz Off - Blackout Prod
9/10
Je ne vais pas commencer par ce sombre principe des Tribute qui, en général, ne touchent que les groupes qui ont arrêté car cette idée de rendre hommage aux Burning Heads est une excellente idée et même plus encore une excitante idée.

La pochette rappelle directement le premier album éponyme des Orléanais, et au final c'est normal car cet album est en fait un tribute au premier album des Burning et non pas à l'ensemble de leur carrière. Petite déception pour moi car ce n'est pas mon préféré, peut être tout simplement parce que j'ai découvert le groupe avec Dive, que j'adore toujours autant. Mais c'est une question de timing, ceux qui ont connu le groupe à son tout début adorent cet album, mon frangin me parle toujours des concerts où les BH faisaient les premières parties de Noir Désir et cet album est son préféré sans contestation possible.

Mais ce tribute est donc pour moi un excellent moyen de me replonger dedans. Pour l'anecdote il était sorti sur FNAC records à l'époque... Et sans vouloir me replonger dans les arcanes du net il ne doit pas y avoir beaucoup de références sur Fnac Records...

Bon autant le dire tout de suite, il y a du beau monde sur ce disque dont pas mal gravite autour des vétérans. Tout d'abord Ravi qui a la lourde tâche de commencer mais qui reprend parfaitement In My Head, un titre emblématique, les Gravity Slaves, d'Orléans aussi, reprennent Once Again et Les Sleepers, sortis de leur sommeil (si ce jeu de mots de bas étage est accepté) reprennent Rain de bien belle manière. Les Dirty Fonzy amènent leur touche d'originalité avec une version très Opposite de Brave New World et c'est une version aboutie et passionnante. Forest Pooky s'attaque à un titre emblématique Making Plans For Nigel qui est aussi une reprise de XTC, dans son style propre, c'est une version revisitée bien sûr et c'est une très belle version. Bien entendu on devait retrouver soit High Tone soit Alif Sound System dans ce tribute et ce sont les premiers qui s'y collent avec un Blind planant et aérien. Il y a deux autres titres qui reviennent aussi régulièrement en concert c'est évidemment Hey You que The Rebel Assholes reprennent, une nouvelle fois, car la version était déjà présente sur l'excellent EP Follow The Line et l'autre titre c'est Go Away que reprennent les Copenhagen, que je découvre ici,  avec une version déroutante.
J'ai oublié de parler des titres des Flying Donuts, Uncommonmenfrommars, Dissidence Radio ou Dead Pop Club et les autres mais leurs versions sont tout aussi intéressantes. Arrive la fin et je me rends compte à quel point j'apprécie vraiment cet album et que l'heure est arrivée de le sortir du placard.


Ce Fire Walks With Me aura peut être je l'espère une suite car de bons albums à reprendre, les Burning Heads en ont quelques uns dans les valises... et ce serait sympa de voir les "vieux potes" (Nra, The Adolescents, Marshes, Seven Hate...) reprendre aussi quelques titres.



Clip - Maladroit

Nouvelle fournée des Parisiens avec le clip de You're my Han Solo issu du dernier album



vendredi 9 octobre 2015

Nothing More - The good, the bad, the one (ep)



Nothing More - The good, the bad, the one (ep)
Chanmax records

Je suis heureux de voir que vingt années après Nothing More est toujours là. Sans avoir jamais été un groupe ni médiatisé ni adulé, il poursuit son bonhomme de chemin, disséminant son punkrock comme la bonne nouvelle, toujours la même flamme au fond du cœur. Nothing More fait partie de ces groupes comme les Greedy Guts ou Dead End qui ont sortis de super albums, que la vague Epitaph californienne a certainement porté jusqu'à la fin des 90's mais qui n'ont jamais vraiment connu la renommée publique contrairement aux Burning Heads, Seven Hate ou Uncommonmenfrommars, même si, certes, elle reste toutefois confinée toute proportion gardée.
Mais si je peux oser une comparaison footballistique (et je peux c'est quand mon zine, merde !) je me souviens du grand FC Nantes de 95 de Loko Pedros Oudec Karembeu Makélélé mais moins du défenseur central. On se souvient très bien des Burning peut être moins des Homeboys et autres Sleazy Arse...
Toujours est-il que Nothing More est toujours debout et que les parisiens se font plaisir balançant des ep par-ci des splits par-là et un album entre les deux. Ils se font plaisir et c'est ça la musique.
4 Titres, je me répète, c'est court mais c'est suffisant pour garder en mémoire un groupe. Nothing More a toujours son sens de la mélodie, ce qu'ils jouent est très bon et ça l'a toujours été. Parfait aussi la petite reprise de No Means No.


Et rien que parce que j'aime ce groupe et que j'aime le fait qu'il sorte encore des titres, et bientôt un album, je ne peux que vous encourager à jeter une oreille sur cet EP. Peut être un son meilleur aurait-il pu lui apporter une meilleure qualité, toujours a-t'il le mérite d'exister.




Angry Days - Scientifically Accurate : Skulls (ep)


Angry Days - Scientifically Accurate : Skulls (ep)
PTC records

Les mecs d'Angry Days viennent de Nantes, une jolie ville pour jouer de la musique car avec le Ferrailleur, la scène Michelet et le Hellfest, l'engouement sur ce style de musique est plutôt intéressant.

Scientifically Accurate : Skulls est le 3ème EP d'Angry Days si j'ai bien compris et c'est le second enregistré au Chipolata Framboise par Fab de Justin(e), qui se voit affublé d'un nouveau pseudonyme Mr Joel. Le son est vraiment excellent avec un super rendu des basses et de la batterie.

4 titres c'est très court, surtout dans ce style de musique, pour se faire une idée complète du groupe, mais je dois avouer que je suis conquis par les morceaux proposés avec un style efficace et rentre dedans emmené par une bonne voix juste éraillée comme il faut. L'ensemble me fait penser aux poitevins de Baxter ou encore aux premiers No Use For A Name, plus médiatiquement connus. J'apprécie aussi le dernier titre (The Beginner) plus mélo certes mais prenant.

Un très bon 4 titres qui donnera certainement envie aux fans de punkrock d'aller les voir en concert et aux assos de les programmer. Ce doit être le but de cet ep, cependant on ressent la frustration du faible nombre de morceau compte tenu de sa qualité et j'espère une suite rapide !



https://angrydays44.bandcamp.com/
http://www.angry-days.com/


mardi 6 octobre 2015

Playlist d'Octobre

Avec la venue de l'automne arrive la Playlist qui fait son grand retour après une pause estivale.
5 groupes avec des univers bien différents mais vous êtes ouverts... Bonne écoute !










dimanche 4 octobre 2015

Fast Response - Homeless by choice (ep) & Welcome To corruptia (2014)




Fast Response - Homeless by choice (ep)
Morning Wood records

Groupe croate méconnu, Fast Response vient de Zagreb et sonne à l'américaine façon Fat Wreck : mélodique et rentre dedans.
Homeless by choice, et sa pochette qui rappelle un peu le let's talk de Foolish avec une qualité bien moindre, présente 6 titres assez courts mais efficaces à souhait. Le groupe se revendique des influences australiennes sur cet album de Frenzal Rhomb à The Decline (les australiens pas nos rennais) mais ce type de punkrock sent aussi bon la Californie. Pas vraiment original mais bien écrit cet EP permet de mettre en avant un groupe un peu isolé dans un pays ou hormis Overflow dans les années 90 on ne connaît pas grand monde. J'aime bien l'efficacité de My Life et le coté mélodique de Stay Away, un coté sur lequel ils déversent parfois trop de bonne volonté sirupeuse notamment sur Where and How. Le titre Don't need to know malgré sa durée très courte aurait pu ne pas apparaître sur cet EP car sa présence n'apporte rien hormis le fait de faire écho avec le dernier morceau Need To Know.






Fast Response - Welcome to corruptia
Morning Wood records
7/10
Welcome to Corruptia est, quant à lui, sorti un an plus tôt sur Morning Wood aussi. Un vrai LP de 10 titres et 21 minutes ce qui en fait tout de même un album très court.
Je ne suis pas fan non plus de la pochette que je trouve honnêtement très laide, mais bon musicalement le groupe se rattrape bien en proposant un punkrock plus brut parfois proche du street comme sur Corruptia et l'ensemble est nettement plus énervé que sur Homeless By Choice (god made me angray..., hobo on fire) rappelant davantage des groupes comme The Bones ou Time Again.



Fast Response est un groupe qui mérite qu'on se penche sur lui. Son manque d'originalité est aussi compensé par la jeunesse du groupe et son énergie. Je préfère l'album welcome To Corruptia (2014) au tout dernier EP (Homeless By choice) que je trouve trop mélodique et trop sur certains morceaux. L'album, non exempt de défauts, se veut tout de même plus rentre-dedans .




jeudi 1 octobre 2015

David Basso A-t'Il Bon Goût ?




Sans forcement le connaître, on a tous entendu ou lu le nom de David Basso,  le réalisateur des clips des Unco, de Guerilla Poubelle, des Pookies, des Dirty Fonzy, de Dead Pop Club et bien d'autres encore, soit la fine fleur du punkrock national. 
Il travaille actuellement sur un projet qui nous fait tous saliver DIESEL, un film documentaire sur la scène punk. (bande annonce juste en dessous !). Le temps aussi pour nous d'en apprendre plus sur lui.



Ton groupe culte ?

mercredi 30 septembre 2015

Justin(e) - raretés, reprises et autres éjignâts


Justin(e) - raretés, reprises et autres éjignâts
Guerilla Asso / Justin(e) association
Les nantais sont devenus des incontournables de la scène punkrock français grâce à des concerts endiablés certes, mais aussi d'excellents albums. De "du pareil au même" à D+ M- le groupe a évolué pour devenir véritablement passionnant et il est intéressant de voir que musicalement, le groupe, à l'instar des Guerilla Poubelle, mixe parfaitement influences françaises et américaines. Le chant a, je trouve, aussi énormément progressé se débarrassant de l'emprise Zabriskie Point pour un style propre et des paroles d'une qualité brillante.

C'est donc ni plus ni moins  qu'un double cd que sort le groupe regroupant des reprises et des faces B. Tout a été remasterisé par Fab dans sons Chipolata Studio ce qui conduit à un son plus que correct et surtout assez homogène. Au passage le groupe perd ses parenthèses sur la pochette que Fab a également réalisée.
On y retrouve d'excellents morceaux comme Régulièrement Pop Corn, qui apparaissait notamment sur la 3ème compile des Rêveries Catch Me If You Can, Stéphanie (prendra un whisky) ou Transfuge I et Transfuge II.

Mais on retrouve aussi une grosse quantité de reprises allant des Zabriskie Point (Si c'est un homme ; monsieur le contrôleur) à PKRK (On n'est pas sérieux) en passant par les Dirty Fonzy (mollo sur le rock'n'roll) et bien entendu les versions francisées de leurs éternels potes de Santa Cruz. Des reprises qu'on retrouvait sur les versions vinyles des albums et sur le split commun. Ces versions prennent même place directement sur le deuxième disque et on se marre bien autant d'ailleurs en lisant les titres qu'en les écoutant.

De nombreux titre aussi avec des invités. Bien entendu Guillaume de Trouble Everyday, mais aussi Kévin de The Decline / Slim Wild Boar, Batbat de Diego Pallavas ou Ced des Banane Metalik ce qui est super intéressant mais revient cette question qui ne me quitte pas depuis des années déjà : pour pas de featuring avec les Guerilla ou tout simplement Till ? Ni même une petite reprise. Grand mystère... On me répondra que les deux groupes ont participé ensemble au tribute pour les Zabriskie Point mais hormis cela pas de trace physique sur support où l'on retrouve les deux groupes.


Une super compile de raretés que j'ai écoutée avec beaucoup de plaisir. Elle est généreuse avec ses 39 titres et son 1h20 d'écoute et plus encore avec son prix libre sur bandcamp... Indispensable à tout fan du groupe et une bonne occasion pour les autres de découvrir ce groupe énorme.






mercredi 23 septembre 2015

Valley / Slice Of Life - split


Valley / Slice Of Life - split EP 4  titres
Impeccable records

Valley est de retour après un premier EP remarqué. Le quatuor parisien s'offre, 6 mois après, un split avec Slide Of Life que je découvre par la même occasion.

Valley n'envoie que deux titres mais ils ne font que confirmer cette bonne impression avec cette fois-ci en prime un son bien plus à la hauteur. Leur punkrock façon émo/indé est une vraie petite douceur. Mention spéciale à Relief d'une jolie envergure.

Slice Of Life enchaîne avec un style que j'adore. La voix rappelle, évidemment, Hot Water Music mais aussi plus proche de chez nous les talentueux Traders.  Slice Of Life débute par une intro calme et posée puis s'énerve, le tout avec une grande maîtrise (Into an end). 
Au passage et pour information, le trio vient de Béthune et a déjà sorti un 7 titres en coproduction sur pas mal de labels dont Slow Death et Guerilla Asso, à noter  qu'il est dispo à prix libre sur leur bandcamp.


Une belle découverte d'une part ( Slice of Life) et la confirmation d'un futur très bon groupe de l'autre (Valley). C'est donc un split qui pourrait être très réussi s'il n'avait été si court, deux titres c'est un peu léger et puis un split c'est aussi le bon moyen de faire des titres ensemble entre les deux formations ou une petite reprise, ce qui n'est pas le cas ici. Dommage.